RSS Feed
oct 28

Guillaume Apollinaire par lui-même

Posted on Jeudi, octobre 28, 2010 in Citations, Guillaume Apollinaire, Poésie

(1)

« Frôlée par les ombres des morts
Sur l’herbe où le jour s’exténue
L’arlequine s’est mise nue
Et dans l’étang mire son corps. » Alcools, Pl., p. 64.

« Oh ! l’automne l’automne a fait mourir l’été. »  Alcools, «  Automne  ».

« Mon Automne éternelle ô ma saison mentale
Les mains des amantes d’antan jonchent ton sol
Une épouse me suit c’est mon ombre fatale
Les colombes ce soir prennent leur dernier vol. » Alcools, «  Signe  ».

« L’hiver est mort tout enneigé
On a brûlé les ruches blanches
Dans les jardins et les vergers
Les oiseaux chantent sur les branches
Le printemps clair l’avril léger. » Alcools, « Chanson du mal-aimé », p. 29.

« Tu es debout devant le zinc d’un bar crapuleux
Tu prends un café à deux sous parmi les malheureux. » Alcools, p. 13.

« Ils se disputent et crient des choses qu’on ose à peine traduire
Bâtard conçu pendant les règles ou Que le diable entre dans ton père. » Alcools, p. 115.

« Les becs de gaz pissaient leur flamme au clair de lune. » Alcools, p. 139.

« Je suis ivre d’avoir bu tout l’univers
Sur le quai d’où je voyais l’onde couler et dormir les bélandres (…)
Les feux rouges des ponts s’éteignaient dans la Seine
Les étoiles mouraient le jour naissait à peine. » Alcools, p. 169.

« Et ceux-là qui sauront blanchir nos ossements
Les bons vers immortels qui s’ennuient patiemment (…) » Alcools, p. 168.

« Que lentement passent les heures
Comme passe un enterrement. » Alcools, «  À la santé  ».

« L’amour qui emplit ainsi que la lumière
Tout le solide espace entre les étoiles et les planètes (…) » Alcools, p. 69.

« Si je mourais là-bas sur le front de l’armée,
Tu pleurerais un jour, ô Lou, ma bien-aimée,
Et puis mon souvenir s’éteindrait comme meurt
Un obus éclatant sur le front de l’armée (…) » Ombre de mon amour, xi.

« Paris comme une jeune fille
S’éveille langoureusement
Secoue sa longue chevelure
Et chante sa belle chanson. » Calligrammes, «  Les collines  ».

__________

(1) Les citations proviennent du Grand Robert de la langue française, version numérique, édition 2009. © Le Robert / SEJER – Tous droits réservés